Erreur
  • Erreur de chargement du composant : com_virtuemart, 1

Production nationale de semences certifiées

Le Maroc doit parvenir à une large autonomie en matière de production des semences et réduire sa dépendance de l’étranger dans ce domaine.

Jusqu’à présent la production locale de semences certifiées est restée négligeable eu égard aux besoins du marché. Les producteurs préférant avoir recours aux semences importées car offrant une garantie de productivité. Pourtant le Maroc dispose de potentialités non négligeables pour produire un tonnage suffisant et parvenir à une certaine autonomie en matière de semences de pomme de terre. Pour cela, l’effort consiste à :

  1. Sélectionner des zones géographiques dont les conditions climatiques (froid, neige) créent un vide sanitaire permettant une culture sans grand risque de pullulation d’insectes (pucerons) vecteurs de viroses. Il s’agit des zones de montagne offrant des disponibilités en terres, eau et en ressources humaines d’un certain niveau.
  2. Travailler à la mise en place d’une politique contractuelle incitative en vue de promouvoir une profession de producteurs multiplicateurs de semences de pomme de terre à l’instar de ce qui se pratique pour les céréales.
  3. Réussir la multiplication de semences par la technique des vitro-plants et ce pour les variétés tombées le domaine public et encore très cultivées dans notre pays (désirée, spunta ….)

Les tentatives de production de semences à partir de cette technique n’ont pas reçus suffisamment d’accompagnement des pouvoirs publics pour leur permettre de dépasser certaines contraintes inhérentes à la phase de démarrage. Si ces entreprises réussissent, on aura franchi un grand pas dans la sécurisation des nos besoins en semences de pomme de terre.

Ce sont là les grandes lignes de ce que pourrait être une politique nationale de production de semences de pomme de terre ?

Date de publication : 31/10/2013

Article élaboré par M. Zahidi Mohammed, Expert Agronome et co-fondateur de Green Smile

Share

Informations supplémentaires

A la une