Erreur
  • Erreur de chargement du composant : com_virtuemart, 1

Edition 2009

Tomate du Maroc : Les enjeux: Euro-méditerranée, Technicité et Marchés

Le Maroc dans la cour des grands de l’export

Plus de 400000 Tonnes de tomate exportées en 2008-2009 font du Maroc le 3ème exportateur mondial après le Mexique et la Turquie (sans tenir compte de l’export intra-européen de ce produit).

Un acquis historique

C’est le résultat logique d’une longue tradition : le Maroc exporte de la tomate depuis les années 40 sans interruption grâce au dynamisme et au savoir faire de ses producteurs transmis d’une génération à l’autre.

Des défis innombrables

Le protectionnisme de l’UE, l’hostilité des organisations de producteurs européens, un marché concurrentiel, de plus en plus exigeant et des techniques de production en évolution permanente sont autant de défis à relever par le secteur.

Les thèmes de la rencontre

Maroc – UE, pour plus de partenariat

La rencontre focalise aussi sur les relations UE-Maroc dont la perception ne doit pas toujours être considérée comme négative.

Ces relations doivent, au-delà des controverses actuelles nécessairement passagères, évoluer vers plus de partenariat, de complémentarités…

Ce qu’elles sont déjà pour des secteurs amont et aval du secteur productif proprement dit et ce qu’elles peuvent devenir entre acteurs de la production.

Nous avons invité certains responsables nationaux d’organisations professionnels pour exposer leurs points de vue sur nos exportations, écouter leurs griefs et tenter d’amorcer un dialogue en vue de trouver des solutions aux conflits.

Les innovations techniques

C’est le leitmotiv de la réussite du Maroc. Aujourd’hui encore le secteur doit restructurer son outil de production. C’est une urgence car le risque de se faire distancer par les concurrents directs mieux positionnés.

L’expertise hollandaise est à prendre en considération. La Hollande, pays du Nord de l’Europe est un champion en matière de productivité et d’organisation commerciale.

Source d’inspiration du voisin ibérique, l’expertise hollandaise peut nous être d’une grande utilité.

Nous avons soumis le modèle de production marocain à l’analyse de l’expertise hollandaise par le recours au cabinet d’étude GREEN-Q qui a élaboré un important travail d’analyse des forces et faiblesses du secteur productif de la tomate du Maroc .Des recommandations importantes ont été formulées.

Commerce et logistique : de nouvelles pistes

Par ailleurs, il était nécessaire de se pencher sur la logistique et le commercial.

La logistique, parceque le transport maritime constitue la nouvelle donne et peut changer la configuration du flux export tomate Maroc vers de nouveaux points d’éclatement notamment plus au nord comme Dunkerque ou Rotterdam.

Se pose aussi l’importance stratégique du marché international de St Charles qui quoi qu’il en soit est devenu un site névralgique de la tomate et des primeurs du Maroc.

Enfin dernier point et non des moindres la nécessité pour les opérateurs marocains d’opérer des regroupements stratégiques à l’instar de leurs concurrents directs pour aborder des marchés de plus en plus difficiles.

Share

Informations supplémentaires