Erreur
  • Erreur de chargement du composant : com_virtuemart, 1

La pomme de terre du Maroc en chiffres ...

Consommation

 1er légume consommé au Maroc  … devant les tomates, oignons, carottes.

Avec une consommation annuelle de 35 à 40 kg /habitant la Pomme de terre fait partie du quotidien des familles populaires marocaines.

La Pomme de terre est consommée en tagine accompagné de viande de poulet ou de bœuf, elle est aussi consommée en assaisonnement des salades.

La consommation de PDT a connu un développement rapide sous forme de frites, chips  grâce à l’accroissement du fast-food en milieu urbain.

Enfin la pomme de terre est un légume bénéfique pour la santé :

Riche en fibres, vitamine c et B1, en protéines, en potassium et en antioxydants. Sa consommation n’entraine pas de prise de poids contrairement à une opinion fort répandue !

 

Importance économique

-          Consommation nationale :

  • 1,5 millions de tonnes
  • Autour de 100 .000 ha de culture en irrigué

-          Grands bassins de culture :

Loukos - Doukkala - Chaouia – Abda – Berkane - Tadla – Sais - Moyen-atlas

-          Nombre de producteurs 

Environ 50 à 60.000 producteurs en majorité petits et moyens : 0.5 à 3ha

-          Chiffre d’affaire généré par le secteur 

2 à 2, 5 milliards de dirhams c’est une ressource importante de revenu pour une grande partie de la population rurale

-          Nombre de jours d’emplois crées par cette activité 

20 millions de journées de travail

-          Production de semence 

  • semences certifiées :

 Autour de 2.500 tonnes sur les 170.000 tonnes emblavées soit moins de 2%  des besoins !

-          Importations de plants certifiés 

 40 à 50.000 tonnes /an soit autour de  200 à 250 millions de dirhams en devises !

 Le marché de l’importation de semences est très spéculatif et entraine souvent des distorsions de prix  qui grèvent le revenu du producteur.

-          Marché du phytosanitaire :

La pomme de terre consomme bon an mal an autour de 100 à 150 millions de dirhams en produits phytosanitaires.

-          Transformation industrielle :

Des unités existent mais se heurtent souvent au problèmesd’approvisionnement d’où le recours aux importations. Le Maroc ne peut-il pas satisfaire ses besoins  par une production locale en quantité et qualité

-          L’export régresse et n’arrive même plus au niveau de 10.000 tonnes.

L’union européenne nous a octroyé un contingent de 135.000 tonnes en exonération de droits de douanes de décembre à fin  avril.

Perspectives

Le secteur de la pomme de terre fait figure de parent pauvre du secteur agricole et n’a que peu bénéficié de mesures d’encouragements pour sa mise à niveau en tant que secteur primordial pour l’économie du monde rural.

Essentiellement le fait de petits et moyen producteurs, il n’a pas pu développer des actions de lobbying pur défendre ses intérêts.

Pourtant,  c’est un secteur d’avenir appelé à connaitre de grands changements.

IL est urgent de prendre les mesures suivantes :

-          Organiser la profession

-          Lancer une production nationale conséquente de plants certifiés afin d’améliorer les performances du secteur

-          Créer une filière pomme de terre à l’instar des autres grandes spéculations

-     Relancer l’export sur l’Europe mais aussi sur les marchés émergents d’Afrique

 

Rédigé par Mohammed ZAHIDI

                                                                                              Articles publiés dans la revue Agriculture du Maghreb

Share

Informations supplémentaires